L’identité nationale dans la mondialisation

11 juin 2011

« S’il y a un pays qui est profondément ébranlé par la mondialisation, c’est le pays qui en a été le moteur: les États-Unis. Et rien ne l’a montré mieux que le choc du 11 septembre. Qu’est-ce que le 11 septembre dans la longue durée de l’identité américaine ? La découverte contrainte que les États-Unis sont dans le monde, que le monde peut les atteindre, […]. Il faut bien voir que cette découverte obligée a représenté un véritable viol de l’identité symbolique américaine qui a déclenché une onde de comportements qu’on a beaucoup de peine à comprendre de l’extérieur. […]. La première puissance du monde ne connaît pas le monde. Elle ne le comprend pas. Elle veut son bien. Elle ne veut pas le dominer, ce n’est pas son objet puisque les États-Unis ne sont pas une puissance coloniale. Elle veut son bien en toute ignorance de ce qu’il est. […]. On peut avoir une lecture optimiste des capacités d’apprentissage des Américains […]. On peut également en avoir une lecture pessimiste. Auquel cas, il y a lieu en effet de s’interroger sur le problème américain pour le XXIe siècle tout entier.» [1]

La comparaison avec la première mondialisation au cours de la période 1880-1914 permet d’éclairer le versant politique de la mondialisation contemporaine . Au rebours de ce qui s’est passé au XIXe siècle, Marcel Gauchet montre que les États nations ressortent renforcés de la deuxième mondialisation, car les deux autres mises en forme possibles de l’espace mondial, l’empire et l’État mondial n’ont plus de racine dans notre monde. Néanmoins, cette victoire est paradoxale, car elle s’accompagne d’une profonde transformation des identités nationales qui subissent un double mécanisme de décentrement et de relativisation. Pour en mesurer les effets, Marcel Gauchet pense qu’il est aujourd’hui indispensable d’élaborer une géographie des hétérogénéités culturelles qu’il tente d’esquisser au travers des exemples américains, chinois et européen. On comprend alors que l’Europe soit prise à contre-pied par la géopolitisation de la mondialisation. C’est ce qui explique en grande partie le désintérêt grandissant des citoyens pour la construction européenne et leur incroyance dans ses capacités politiques. Marcel Gauchet estime que la nation représente une communauté historique c’est-à-dire une histoire partagée et non figée. La décision de poursuivre ce destin commun appartient à une communauté de citoyens libres et capables d’en modifier la trajectoire à tout moment. De ce point de vue, la mondialisation contribue à grandir une forme d’identité plus ou moins contrainte. Le métier du politique consiste à établir en permanence une relation intelligible entre une tradition historique et des ajustements nécessaires au sein d’une identité nationale assumée. À défaut, nous favorisons des réactions identitaires plus ou moins lucides.

[1] Marcel Gauchet, http://gauchet.blogspot.com/2007/12/lidentit-nationale-dans-la.html

© Georges Vignaux, 2011

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :