Accueil > Économie, catastrophe, chômage, Dette publique, Finance, Ordre marchand > « Il faut se désintoxiquer des agences de notation »

« Il faut se désintoxiquer des agences de notation »

10 août 2011

Les Etats sont responsables du rôle prépondérant, donc déstabilisateur, des agences de notation dans la finance mondiale, explique Gunther Capelle-Blancard, directeur-adjoint du CEPII. Selon lui, s’il n’est pas possible de s’en passer, il est nécessaire de réduire notre dépendance vis-à-vis d’elles. [1]

Les agences de notation sont-elles les nouveaux maîtres du monde ?
Non, mais elles soufflent en effet le chaud et le froid sur les marchés, car elles donnent aux investisseurs ce qu’ils attendant : des informations lisibles et faciles à interpréter – en l’occurrence une note. Dans les périodes de grande incertitude macroéconomique, comme nous en traversons actuellement, les marchés se focalisent sur le peu d’informations qu’ils ont en main, fournies pas les agences de notation. Ce n’est toutefois pas la décision de S&P qui a provoqué la déprime des Bourses: celles-ci chutaient depuis deux semaines déjà sur fond de crise politique aux Etats-Unis et de crise de la dette en zone euro.

Les agences de notation ne sont pas crédibles
Oui, c’est justement ce que l’on reproche aux agences de notations: d’être pro-cycliques, d’ajouter aux difficultés, de semer la panique plutôt que d’alerter en amont sur les difficultés d’un pays. Depuis 15 ans, les agences n’ont vu venir aucune crise: elles n’ont pas vu venir la faillite des Etats sud-américains dans les années 80, ni la crise des subprimes en 2008; elles n’ont pas non plus alerté avant 2009 sur l’état des finances publiques grecques. Elles ne sont donc pas crédibles.

Si leurs décisions sont si peu crédibles, pourquoi ont-elles autant d’influence ?
Ce sont les régulateurs et les législateurs qui ont donné du pouvoir aux agences. Lorsque que les trois grandes agences ont été créées, au début du siècle dernier [Moody’s en 1909, Fitch en 1913 et Standard & Poor’s en 1941, ndlr], c’étaient de simple agences d’informations financières. Puis elles ont commencé à attribuer des notes. Avec succès. Mais c’est dans les années 1970 que leur rôle s’est affirmé, quand la réglementation financière s’est emparée d’elles, en faisant des notes distribuées par les agences des références. Depuis 2004, la réglementation bancaire internationale contraint les banques à détenir un ratio de fonds propres proportionnel au nombre de titres qu’elles détiennent considérés comme risqués par les agences de notation. Ces règles prudentielles ont de facto confié aux agences de notation un statut d’évaluateur tout puissant.

Depuis la crise financière de 2008, sont-elles mieux contrôlées?
Oui, une série de règles ont été édictées des deux côtés de l’Atlantique. Elles sont notamment contraintes à plus de transparence sur leurs critères de notation et les conflits d’intérêts sont mieux encadrés.

Peut-on s’en passer?
Non, puisque les notes qu’elles distribuent sont indispensables au financement de l’économie. Un investisseur ne peut pas prêter les yeux fermés à un emprunteur, il a besoin d’une base pour évaluer sa solvabilité et le coût auquel il va prêter. C’est ce service que rendent les agences de notation. En revanche, il faut absolument se désintoxiquer des agences de notation, réduire notre dépendance vis-à-vis d’elles.

Comment?
On ne peut pas interdire à une agence de distribuer des notes. La seule chose que l’on puisse faire pour en atténuer l’influence, c’est de les déréférencer des textes qui régulent la finance internationale, afin d’en faire une source d’information parmi d’autres sur la situation d’un émetteur.

[1] Propos recueillis par Emilie Lévêque – publié le 09/08/2011.

©  , 2011

Livres de l’auteur

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :