Accueil > Néopopulisme, Opinion publique, Peurs collectives, Politique, Populisme > Les imbéciles existent vraiment : Rob Ford et Michele Bachmann

Les imbéciles existent vraiment : Rob Ford et Michele Bachmann

31 août 2011

Le titre de ce billet est dur, très dur même. Ils visent deux personnalités politiques. Je ne veux pas dire que la politique a le monopole de l’imbécillité, c’est juste que la politique la met un peu plus en évidence.

Rob Ford

(Mille excuses auprès de monsieur Christos Tsirbas, car j’avais inclus ici l’une de ses photographies du maire Rob Ford sans lui demander une quelconque permission. L’image a donc été retirée dès que monsieur Tsirbas m’a informé de la chose.)

Le premier, Rob Ford, conservateur avoué et maire de la ville Toronto, a décidé de couper dans le budget des bibliothèques municipales en se posant les questions suivantes : « Est-ce que les bibliothèques sont un service essentiel ? Est-ce que les bibliothèques sont plus importantes que les garderies? Est-ce que le maintien de l’ordre est plus important que la sécurité routière? ». Son intention est entendue : réduction des budgets pour l’achat de livres, réduction importante du nombre d’employés, fermeture de succursales, réduction des horaires d’ouverture, etc. Et pourtant, la population se préoccupe du sort des bibliothèques municipales.

Suite à cette sortie, l’écrivaine Margaret Atwood a fait une sortie en règle contre cette attitude. Doug Ford, conseiller de la ville et frère du maire, a tourné en ridicule la célèbre auteure en répliquant : « Bon courage à Margaret Atwood. Je ne la connais même pas. Si elle marchait près de moi, je n’aurais pas idée de qui elle est ». Quelle attitude imbécile. À mon avis, ce qu’elle démontre, c’est qu’à laisser aux bureaucrates le soin de réfléchir à ces enjeux, revient à laisser au loup le soin de garder le troupeau de brebis. La culture, si elle est à portée de marche dans votre quartier, rejoindra forcément des gens. Et ne venez surtout pas me sortir que la culture est aujourd’hui disponible sur Internet. Certes elle l’est, mais en partie, et les moteurs de recherche ne vous retournent que vos champs d’intérêt, laissant de côté des pans entiers de celle-ci.

 Au royaume des imbéciles, Rob Ford et son frère Doug ont décidé que la culture ne faisait pas recette.

Michelle Bachmann

Alors là, on va au-delà de l’imbécillité. Il y a ici un sommet rarement atteint. Michelle Bachmann, qui tient à se présenter à la présidence américaine en 2012, est un pur produit du fondamentalisme chrétien américain (25 % des électeurs). Membre fondatrice du Tea Party, elle adhère tôt aux thèses de Francis Schaeffer, remet en cause la critique de l’humanisme de la Renaissance, soutient l’enseignement du créationnisme, décrit les défenseurs de la théorie de l’évolution comme des censeurs qui veulent imposer une croyance dogmatique, et considère l’homosexualité et leur style de vie comme l’œuvre de Satan (« it’s part of Satan »). Sa dernière sortie est dans la même veine : « L’ouragan Irene et le tremblement de terre survenus sur la Côte Est américaine sont des messages de Dieu pour avertir nos politiciens qu’ils doivent s’en remettre à la guidance divine, laquelle est canalisée à travers des gouvernements conservateurs réduits en taille. »

Les imbéciles ont définitivement pris le pouvoir. Et ces gens-là veulent nous diriger ! 

©  , 2011


Publicités
%d blogueurs aiment cette page :