Accueil > chômage, Consommation, Internet, Ordre marchand > Le conte de fées de la Génération « I »

Le conte de fées de la Génération « I »

7 septembre 2011

« Vous êtes différent ! », « Vous êtes l’architecte de votre propre vie ! », « Vous valez mieux que votre condition actuelle ! », « Vous pouvez être un gagnant ! », « Vous avez tout pour réussir ! ». Réussissez ! Le faible et le déprimé n’ont pas de place dans notre société. Nous sommes conviés à la performance. Il faut pouvoir indéfiniment s’adapter à des situations qui changent au rythme de l’obsolescence accélérée des technologies. Que vous ayez 15, 20, 30, 40, 50 ou 60 ans, vous êtes un membre de la Génération « I ». « I » comme le pronom personnel anglophone, l’équivalent du « Je ».

La technologie est à l’image du « I » : iPad, iPhone, iPod. La technologie interpelle l’individu : une personnalisation de masse, une individualisation de toutes les conditions sociales — la vie, le travail, la misère —, une schizophrénie diffuse, une dépression rampante, une atomisation en fines particules d’une paranoïa collective. Plus nous voulons être nous-mêmes, plus nous voulons nous démarquer, plus nous ressentons le vide. Plus nous nous exprimons à travers réseaux sociaux et blogues, plus nous nous asséchons.

Pour tous ceux qui refusent de se prendre en charge et de devenir les architectes de leur propre vie, la dépression et la déprime ne sont même plus des alternatives, mais plutôt un passage obligé pour intégrer ou réintégrer le troupeau des gens combatifs, battants et gagnants. Et c’est là où tous les animalcules du coaching grouillent et se reproduisent. Ils sont à l’affût, car notre société produit de plus en plus d’individus non combattants et non battants. On comprend mieux alors pourquoi il faut contrôler ceux qui sont inaptes à faire partie de l’armée des gagnants, pourquoi on médicalise les vieux et qu’on les parque dans des foyers. Cachez ce vieux que je ne saurais voir… Il est tellement non performant et encombrant…

Pour tous ceux qui refusent de se prendre en charge et de devenir les architectes de leur propre vie, il reste les banques alimentaires. Aux États-Unis, 1 personne sur 8 connaît la faim. États-Unis, le pays de tous les possibles, le pays de tous les charlatans du bonheur, le pays de tous les fumistes patentés et agréés, le pays du self-made-man. N’en doutez pas, le modèle américain du battant et du gagnant s’infiltre dans nos consciences par la diffusion tous azimuts de la culture américaine. C’est un mal rampant qui vous métamorphose à petites doses jour après jour.

Lorsque vous serez devenu un gagnant et un battant, laissez-le-moi savoir. C’est le moment où je saurai que vous êtes devenu un membre à part entière de la Génération « I ». Bienvenue dans la génération de l’individualisation de toutes les conditions sociales : la vie, le travail, la misère.

©  , 2011

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :