Accueil > Ordre marchand, Pauvreté, Peurs collectives, Santé > Raide mort, mais vivant et au sommet du bien-être

Raide mort, mais vivant et au sommet du bien-être

13 janvier 2013

ObésitéPaul Deadrow… Le nom ne vous dit rien ? C’est normal…. 1978, Jour du souvenir, Paul Deadrow tombe raide mort. Fait divers parmi d’autres. 24 ans, victime d’une crise cardiaque foudroyante, le médecin lui apprend qu’il l’a échappé belle. Dieu merci, un bon samaritain l’a ranimé. Pour un américain croyant, ni plus ni moins qu’une résurrection, sinon un miracle, l’intervention de Dieu. Dix jours plus tard, une sortie d’hôpital, une prescription à faire frémir : ne pas monter les marches ; ne pas se déplacer sans être accompagné d’une personne connaissant la réanimation cardio-respiratoire ; abandonner sa carrière de motocycliste, ingurgiter quotidiennement des médicaments jusqu’à la fin de ses jours ; la possibilité de mourir, et cette fois-ci, définitivement d’ici deux ans ; se considérer chanceux de survivre à une activité sexuelle.

Tout un programme pour ce dynamique Paul Deadrow. Mais c’est mal connaître un Américain. L’américain ne se laisse pas abattre par l’adversité. Il mord dedans à pleines dents. Ce que fit Paul. Sa vie : la quête d’une santé optimale, rien de moins. Son but : évangéliser les incroyants. C’est le syndrome américain classique : une épreuve, une quête, une fondation, un programme, un objectif : sauver le monde. Un syndrome ancré dans un territoire qui est la lumière du monde tournée vers l’avenir, les États-Unis. Le rêve eschatologique américain de la cité sur la colline qui spécifie l’American Way. Et Paul s’y attaqua avec ardeur.

― Bonjour, Paul, et bienvenue dans les studios de Tox News à New York. Je pense que vous êtes non seulement l’exemple vivant de l’espoir en l’avenir, mais aussi de cette grande force qui devrait tous nous habiter. Vous êtes revenu de la mort. On vous donnait pour mort il y a plus de 35 ans, et vous voilà, ici, devant moi en ce 1e janvier 2013.

― Merci, monsieur Burnett, de me donner la possibilité de partager avec tous vos auditeurs ce que j’ai appris et qui m’a redonné la vie.

― Nous vous écoutons avec attention…

Et les auditeurs écoutèrent avec attention. En fait, l’américain carbure à ces gens qui sont tombés et qui se sont relevés plus fort qu’auparavant. Réducteur me direz-vous, mais ça a au moins le mérite d’être clair… Toujours est-il que des centaines de milliers d’oreilles américaines bien propres et bien récurées, histoire de bien entendre ce qu’elles veulent bien entendre, écoutèrent attentivement.

― Tout le monde sait que les États-Unis, tout comme plusieurs sociétés développées, sont aux prises avec un sérieux problème d’obésité. C’est d’une épidémie dont il s’agit monsieur Burnett, même d’une véritable catastrophe nationale. L’obésité est le tueur numéro 1, rien de moins !

Bon, personnellement, je veux bien croire tout ce que dit Paul Deadrow. Faut tout de même se rendre à une évidence : les Américains sont gros, point à la ligne. Inscrivez-vous à l’émission The Biggest Loser et qu’on n’en parle plus ! Vous aurez tout le loisir d’exposer votre masse adipeuse devant des millions de gens. Vous pourrez pleurer et dire que vous n’avez pas encore de petite amie, que vous voulez survivre à vos enfants, que vous voulez une vie sexuelle, et blablabla… la catharsis par excellence.

― Mais, Paul, comment êtes-vous parvenu à survivre à cette crise cardiaque ? Plus de 35 ans plus tard, ce n’est tout de même pas anodin, avouez-le ?

― En fait, je pense que les médias, et les gens en général, n’ont pas encore compris qu’absorber trop de calories et ne pas faire assez d’exercice mène tout droit à l’obésité. Il me semble que l’équation est simple et personne ne la comprend : si tu es gros, c’est de ta faute.

Ah… la notion de péché chez l’Américain… toujours quelque chose à expier. Et ça expie aux États-Unis. Ça expie par tous les pores de la peau… Ça expie dans les gyms, aux restaurants «beau chic bon genre» à calories et graisses saturées réduites, à la maison, au supermarché, partout. Ça expie pour tous ceux qui n’expient pas, pour tous les gloutons de la terre qui s’empiffrent joyeusement. L’expiation sauvera l’Amérique !

― Mais, Paul, comment êtes-vous parvenu à survivre à cette crise cardiaque ? Plus de 35 ans plus tard, ce n’est tout de même pas anodin, avouez-le ?

― J’ai mis au point, après plus de 35 ans de recherche, la Perfect Human Diet. Je n’avais aucune certitude. Je ne savais pas si j’arriverais ou non à trouver LA solution. J’y suis arrivé. Vous savez, monsieur Burnett, la science a fait d’immenses progrès. J’ai procédé comme un médecin légiste, comme dans les émissions CSI et NCIS. J’ai fait de la vraie science. Je ne fais pas dans les théories fumeuses. Non, monsieur Burnett, que de la preuve solidement étayée.

― Mais, Paul, comment êtes-vous parvenu à survivre à cette crise cardiaque ? Plus de 35 ans plus tard, ce n’est tout de même pas anodin, avouez-le ?

Que le lecteur ne s’y méprenne pas. Ce n’est pas pour rien qu’on a souvent la vague impression que les interviewers se répètent. Pour les besoins de la cause, afin de ne pas inutilement surcharger le texte, j’ai enlevé tout ce qu’il y avait autour des questions de Mark Burnett. J’ai fait comme dans CSI et NCIS : j’ai filtré le bruit de fond pour obtenir l’essentiel du discours… Je me surprends parfois moi-même !

― Par la Perfect Human Diet. J’invite d’ailleurs tous les auditeurs à consulter le site Perfect Human Diet. Vous serez tout simplement renversé par les révélations. Vous savez quoi, monsieur Burnett ?

― Vous avez survécu à la crise cardiaque pendant plus de 35 ans ?

― Nous avons réalisé un documentaire sur de solides bases scientifiques. Même le gourou de l’alimentation paléo, Lorren Cordain, est venu prêter main-forte. Nous avons déployé des efforts incroyables pour faire des amalgames et des adéquations simplistes afin de vous convaincre d’acheter pour 24,95 $ notre vidéo. Merci à Tox News pour ce temps d’antenne !

― Alors, pour vivre 35 ans de plus, achetez la vidéo Perfect Human Diet. Ici, Mark Burnett, en direct de nos studios de New York.

Des milliers d’Américains achetèrent dans l’heure qui suit la vidéo Perfect Human Diet, car c’est la liberté de l’américain d’acheter ou non sur une base éclairée tout ce qui peut le remettre sur le droit chemin de la santé. Et vous ? Avez-vous pensé à vivre 35 ans de plus ? Sinon, voici la vidéo qui vous convaincra de dépenser 24,95 $ :

© Pierre Fraser, 2013

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :