Accueil > Économie, chômage, Consommation, Délocalisation, Finance, Libre échange, mondialisation, Néolibéralisme, Ordre marchand > Mondialisation : se déplacer rapidement et efficacement devient essentiel

Mondialisation : se déplacer rapidement et efficacement devient essentiel

25 janvier 2013

L’actuelle révolution technologique a mis en place les conditions nécessaires à la création d’une puissante sphère économique contrôlée par de puissants intérêts financiers qui n’a aucun pendant dans le monde réel. Se déplacer rapidement et efficacement est devenu une condition d’une économie mondialisée.

NetJets - Mondialisation : se déplacer rapidement et efficacement devient essentielTout comme le chemin de fer a contribué à la création de nouvelles cités, les jets privés et la location à temps partagé sur les avions d’affaires  (ex. NetJets) ont contribué à la mondialisation de la caste des ultras riches ― le fait de pouvoir disposer de propriétés et de négocier des contrats un peu partout dans le monde devient réalité du moment où il est possible de se déplacer aussi facilement que la classe moyenne le fait avec son automobile. Les nouvelles technologies ont également contribué à cet essor tout à fait particulier ― le passage aux technologies mobiles de communication et leur quasi-instantanéité ont rendu possible le fait d’être en constant déplacement sur la planète tout en étant constamment connecté.

Le changement le plus important à survenir aujourd’hui a déjà été entrevu par Adam Smith dans son ouvrage La richesse des nations il y a plus de 300 ans : « Dès l’instant que le sol d’un pays est devenu propriété privée, les propriétaires, comme tous les autres hommes, aiment à recueillir où ils n’ont pas semé, et ils demandent une rente, même pour le produit naturel de la terre. » Partant de là, comme le précise Adam Smith, il s’est produit une « révolution dans le commerce, dans la puissance des nations, dans les mœurs, l’industrie, le gouvernement de tous les peuples ». Les grands commerçants des pays occidentaux voyagent tout autour du globe où pays et continents sont désormais reliés par des genres de « ponts volants de communication », où « le détenteur d’actions est, à proprement parler, un citoyen du monde et il n’est pas forcément attaché à un pays particulier  ». Autrement dit, Adam Smith avait eu l’intuition que, un jour ou l’autre, la propriété foncière ne serait plus le seul moteur de l’économie. L’actuelle révolution technologique a mis en place les conditions nécessaires à la création d’une puissante sphère économique qui n’a aucun pendant dans le monde réel. Le résultat, comme l’avait si bien envisagé Adam Smith, est une élite uniquement préoccupée par ses propres intérêts économiques et financiers et qui pense globalement.

Alors que l’élite des ultras riches et son capital se sont mondialisés, libérés de toutes frontières en quelque sorte, les gouvernements et la classe moyenne, quant à eux, œuvrent encore et toujours au sein de frontières délimitées par les États-nations. Comprendre comment cette caste d’ultras riches est dorénavant connectée au reste de la population demeure un enjeu important, car il est plausible de penser que sa façon de faire a et aura des impacts importants encore insoupçonnés sur l’ensemble de l’économie.

Texte inspiré par l’ouvrage Plutocrats, The Rise of the New Global Super-Rich and the Fall of Everyone Else, Chrystia Freeland, Canada : Doubleday, 2012.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :