Accueil > Économie, Finance, Néolibéralisme > Les traders : nos modernes psychopathes

Les traders : nos modernes psychopathes

11 février 2013

En septembre 2011, un trader de chez UBS, Kweku Adoboli, a fait perdre plus de 2 milliards de dollars à sa banque avec des méthodes d’investissement interdites. Après le scandale de Jérôme Kerviel à la Société générale en 2010, ce nouveau cas de «trader cupide» a réintroduit la question de leur comportement.

Les traders : nos modernes psychopathesQu’est-ce qui fait qu’un trader puisse perdre des milliards de dollars sur un marché en utilisant des techniques frauduleuses? Selon Der Spiegel, une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’université de Saint Gall en Suisse révèle que ce goût pour la prise de risque chez les traders est dû à un tempérament manipulateur plus prononcé que chez les psychopathes. [1], [2]

Selon l’étude menée par l’université de Saint Gall, le fait que les traders soient plus manipulateurs que des psychopathes, explique en partie ce phénomène. Les chercheurs ont mesuré l’égoïsme et l’aptitude à la coopération de 28 traders à l’aide de simulations informatiques. Le magazine Forbes précise qu’au même moment une vingtaine de psychopathes ont fait les mêmes tests dans un hôpital de haute sécurité en Allemagne.

Thomas Noll, l’un des coauteurs de l’étude, explique que les résultats ont été bien au-delà de ce qu’il attendait:
«Naturellement on ne peut pas dire que les traders sont des dérangés. […] Mais par exemple, ils se comportent de manière plus égoïste, et sont beaucoup plus enclins à prendre des risques qu’un groupe de psychopathes faisant la même expérience.»

Pour Thomas Noll, le plus choquant c’est que le groupe de traders, au courant de certains détails de l’expérience, s’il voulait avoir de meilleurs résultats que l’autre groupe en Allemagne, mettait plus d’énergie à les dépasser autant que possible. «Il était plus important pour eux de faire mieux que leurs concurrents, et il faisait beaucoup d’effort pour leur nuire», ajoute-t-il. Noll les a comparés à des voisins qui ont la même voiture et «qui viennent démolir celle de l’autre pour que la leur soit plus belle».

Forbes rappelle dans son article que de nombreuses études ont été faites sur ce sujet. En 2004, le New Scientist relayé par CCN a aussi rapproché le comportement de cadres plein d’ambition à celui de psychopathes, notamment pour leur manque de compassion et d’empathie dans les moments de stress. En 2005, Antoine Bechara, professeur de neurologie à l’université de l’Iowa, déclarait au Wall Street Journal qu’il est «possible que des gens prenant beaucoup de risques puissent avoir ce qu’on appelle un comportement psychopathe».

[1] Slate.fr, 28/09/2011
[2] « Going Rogue: Share Traders More Reckless Than Psychopaths, Study Shows », Spiegel online, September 26, 2011 – 05:16 PM

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :