Accueil > Société, Technologies > Les robots : l’avenir des humains !

Les robots : l’avenir des humains !

15 mars 2013

Entretien avec Daniela Cerqui, maître d’enseignement et de recherche au laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale de l’Université de Lausanne.

Pourquoi les robots nous fascinent-ils ?
« Cette fascination est à chercher dans l’ambivalence que les robots nous inspirent. Une volonté démiurgique nous pousse à concevoir des machines qui nous ressemblent de plus en plus. Mais l’idée que ces créatures vont pouvoir s’organiser , mener des actions communes, contre leurs créateurs peut-être, suscite des craintes dont nous sommes conscients sans forcément les formuler. La peur notamment d’être dépassés par la machine qu’entretiennent les techno-prophètes.

Les humanoïdes inquiètent-ils davantage que les robots non dotés d’apparence humaine?
« J’ai réalisé il y a quelques années une étude sur les attentes des gens vis-à-vis des robots, dont il est ressorti que la demande était avant tout pour des robots fonctionnels, indépendamment de leur aspect. Faut-il extrapoler et interpréter cela comme une crainte de voir apparaître dans leurs foyers des robots à leur image ?

Les robots ont beaucoup inspiré la littérature et le cinéma. Pourquoi ?
« Les cinéastes et les romanciers qui, dans leurs œuvres, mettent en scène des robots, ont le même imaginaire que les ingénieurs et les savants qui conçoivent ces machines dans leurs laboratoires. Chacun à sa manière et avec ses outils, ils traduisent des préoccupations que l’on a tous plus ou moins en tête.

Les robots auront-ils, dans le futur, un rôle qu’on n’imagine pas aujourd’hui ?
« Demain les robots remplaceront, encore plus qu’aujourd’hui, l’humain dans les domaines dangereux ou pénibles, et aussi dans le domaine social. Mais je ne pense pas qu’on ira plus loin. Je travaille en Angleterre en tant qu’anthropologue dans un laboratoire de cybernétique qui fait des recherches sur l’hybridation entre l’humain et la machine. Les chercheurs ont mis au point un robot fonctionnant avec un cerveau hybride, composé de capteurs électroniques et de neurones humains. L’idée est de créer une nouvelle entité, sorte de cyborg, fruit d’une fusion entre ce que l’humain d’un côté, et la machine de l’autre, ont de meilleur. Derrière, on devine l’idée d’interchangeabilité entre le vivant et le non vivant. C’est ce vers quoi l’on va. Humains et robots sont appelés à être des copies conformes. Les robots deviendraient alors des acteurs sociaux comme vous et moi. Mais il y a des résistances. Heureusement ! »

[1] Sylvie Kerviel, Le Monde.fr | 30.01.2013.

Publicités
Catégories :Société, Technologies
%d blogueurs aiment cette page :