Accueil > édition électronique, Société > Les aventures du langage | Comment les idées viennent aux mots | Tome 1

Les aventures du langage | Comment les idées viennent aux mots | Tome 1

4 juin 2013

Qu’est-ce que parler? Qu’est-ce discourir ? Quel rapport entre le langage et le mode d’existence des choses ? Quelle relation le langage établit-il à l’être?  C’est à retracer ce parcours intellectuel que se consacre ce premier tome de l’opus de Georges Vignaux.

Les aventures du langage - Tome 1Livre : France, CanadaU.S.A.U.K.
Kindle : France, CanadaU.S.A.U.K.
eBook : PDF
Consulter gratuitement en ligne

La question du langage demeure. Qu’est-ce que parler? Qu’est-ce discourir ? Quel rapport entre le langage et le mode d’existence des choses ? Quelle relation le langage établit-il à l’être? Ces interrogations parcourent l’histoire de la philosophie dès les premiers temps, à commencer par la tour de Babel. C’est à retracer ce parcours intellectuel que se consacre ce premier tome de l’opus de Georges Vignaux : « Comment les idées viennent aux mots« . Les disciplines convoquées sont ici la philosophie, les sciences du langage et les sciences cognitives. Parcours sans concession, parfois ardu, mais l’exigence le veut. Lesté de tous ces savoirs, le lecteur approchera ainsi mieux des questions méthodologiques d’analyse du langage et de traitement du discours, objets des prochains tomes deux et trois de cet opus.

Encore récemment, la thèse admise était celle d’une émergence récente du langage, lequel serait apparu avec l’Homo sapiens il y a environ 150 000 ans. Cette thèse tirait argument de l’analyse de l’appareil vocal (larynx, pharynx, tractus vocal) et en inférait que ni les Australopithèques ni l’Homo erectus n’avaient pu articuler des sons. Cette thèse était confortée par l’observation d’autres phénomènes culturels telles les sépultures, manifestant la présence d’une capacité symbolique.

Mais depuis les années 90, d’autres arguments sont apparus, qui plaident en faveur d’une émergence bien plus ancienne du langage. Ainsi des recherches sur l’anatomie du cerveau qui font reculer à plus de 2,5 millions d’années, la date d’apparition du langage. On constate en effet, chez tous les Homo, une croissance continue de la taille du cortex frontal et temporal, dans les zones où sont centrées les activités de conceptualisation, de planification et de langage. Ralf Holloway a même repéré sur un crâne d’Homo abilis la présence de l’aire de Broca, zone de production du langage. Certains auteurs pensent ainsi que les techniques utilisées par Homo erectus (invention du feu, taille de silex et fabrication d’habitats) supposent des activités mentales et sociales fondées sur le langage articulé.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :