Accueil > Non classé > La science devenue spectacle

La science devenue spectacle

28 juin 2013

Images refaites et florilèges d’anecdotes dans certains médias, obsession du chiffre clé en politique, la science doit être consommable, simple, et sexy … et non plus un récit des connaissances.

A l’instar de la politique, la science est touchée par l’obsession de la communication simpliste et de l’image vendeuse. Le crash récent d’une sonde de la NASA sur la Lune retransmis en direct sur iTélé en témoigne. On a retenu l’image mais ni le sens ni la raison de cette opération.

Il ne s’agit pas de montrer de la science en action, mais une image de celle-ci conforme au monde médiatique dans lequel nous vivons: rapide, sexy et simple. Surtout très simple.

A force de voir des images d’astronomie magnifiques dans les magazines scientifiques, on constate qu’elles se détournent de la réalité des travaux scientifiques. On refait l’image d’une galaxie comme on redessine les contours d’un mannequin dans un magazine de mode.

C’est la même idée de la simplification qu’utilisent les politiques en général pour produire des chiffres clés au service d’arguments partisans. On nous dit que la France va mal car la croissance de son PIB n’excède pas tel pourcentage. Teinté de sciences économiques, l’argument politique fait mouche. Mais les scientifiques ne s’expriment pas en nombres. Ils utilisent des théories dont certaines grandeurs peuvent être quantifiées. La science propose un récit, souvent complexe, et non une suite de chiffres clés.

La palme de la science spectacle revient à l’émission « Incroyables expériences » sur France 2. Six « célébrités » sont interrogées sur le résultat attendu d’expériences scientifiques. Bien malin qui trouvera qu’un javelot envoyé à 100 km/h en arrière depuis une voiture roulant à 100 km/h, restera sur place pour un observateur sur la route. La science n’est pas une devinette. Elle se base sur le raisonnement et l’expérience, et non sur une liste de trois réponses au choix.

A force de vouloir tout simplifier, tout « peopiliser », de peur de n’être pas regardé, on habitue les citoyens à consommer de l’illusion, même en science.

[1] Cf. Vincent Minier, L’Express, 16.10.2009.
http://blogs.lexpress.fr/nouvelle-science/2009/10/16/la_science_spectacle/

Publicités
Catégories :Non classé
%d blogueurs aiment cette page :