Accueil > Non classé > Le secret de notre «petite voix intérieure»

Le secret de notre «petite voix intérieure»

20 décembre 2013

ImageQuand nous lisons ou nous parlons à nous-même pour réfléchir, notre cerveau génère une impression sonore qu’il interprète de la même façon qu’une voix réelle extérieure, ont découvert des chercheurs français.

Nous avons tous fait l’expérience de cette petite voix intérieure qui nous accompagne au long de la journée et de nos pensées. Mais son origine et la façon dont elle est perçue par le cerveau restaient encore mystérieuses. Une équipe d’experts du centre de recherche en neurosciences de Lyon et du CHU de Grenoble vient de lever le voile sur cet étrange phénomène dans une étude publiée dans The Journal of Neuroscience(32, 49/17554).

L’équipe de Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche à l’Inserm, a suivi quatre adultes atteints d’épilepsie sévère qui, dans le cadre de leur traitement et de leur suivi médical, vivent avec des électrodes implantées dans le cerveau, ce qui permet d’obtenir d’excellents signaux à l’encéphalogramme. Après avoir repéré dans le cortex auditif la zone précise qui réagissait au son de voix extérieures, réellement exprimées, les chercheurs ont demandé aux volontaires de lire en silence un texte défilant sur un écran, sans leur donner d’instructions particulières.

«Le cerveau crée le son à partir de rien»

Résultat: la zone du cerveau qui analysait les voix externes s’activait également pendant la lecture silencieuse, signalant une «pensée verbalisée». «Pour la première fois, grâce à cette étude, nous avons pu «voir» en temps réel la trace de cette petite voix , résume Jean-Philippe Lachaux. Nous ne nous y attendions pas forcément car il s’agit d’un phénomène très immatériel. Le cerveau crée le son à partir de rien, à chaque mot».

L’hypothèse la plus probable serait que l’association entre sons et mots que nous apprenons à faire enfants quand nous commençons à parler puis lorsque nous commençons à lire à voix haute devient un automatisme qui persiste tout au long de notre vie. «Cette association entraîne une augmentation des connections entre les zones du cerveau impliquées, qui en viennent à s’activer spontanément l’une l’autre», analyse Jean-Philippe Lachaux. Les chercheurs notent en outre que le phénomène est d’autant plus fort que l’attention du lecteur est sollicitée – par exemple parce que le texte est difficile ou parce que la personne ne lit pas couramment.

Les débouchés de cette étude pourraient concerner la rééducation de personnes schizophrènes voire dépressives qui ne régulent pas cette «petite voix» lorsqu’elle submerge leur cerveau de pensées négatives, explique Jean-Philippe Lachaux. «En utilisant une technique similaire à celle de l’étude, nous pourrions leur montrer concrètement ce qui se passe dans leur cerveau, et cela leur permettrait de se distancier de cette pensée envahissante et de regagner du contrôle».

Pauline Fréour, Le Figaro, fr, 07.12.12.

 Georges Vignaux

Publicités
Catégories :Non classé
  1. 21 décembre 2013 à 9 h 37 min

    Bonjour

    J’ai monté il y a 3 ans un projet web pour enfants polyhandicapés. Cela comportait le travail avec des chercheurs en brain-computer/38. Primé par l’Institut de France, le projet a tourné court à cause de malversations de mes employeurs…

    Votre approche de la « petite voix » est fascinant. Peut-être pourra-t-on travailler aussi sur l’image de soi perçue dans des exercices de type Yoga et leurs répercussions sur l’état d’être dont on aurait une image via un device et la possibilité d’un feed-back…

    J’ai la conviction que de nouveaux outils offriront un plus à bien des gens, en parallèle et en compléments de psychothérapies. Si de telles recherches sont menées en Rhône-Alpes, j’aimerais ardemment y participer – en « cobaye », candide éclairé.

    Cordialement, Serge Meunier | Chambéry

  2. 21 décembre 2013 à 17 h 32 min

    LES VOIX DANS MA TÊTE Coup de théatre de MxtM Point de rupture SPVM et Issula Films
    POINT DE RUPTURE https://vimeo.com/79939646 JOURNÉE CONFÉRENCE JEUNES ET SANTÉ MENTALE
    Moyens technologiques de manipulation des masses
    Sons subliminaux : brevets
    UN DES BREVETS existants, accordé à Wayne Brunkan le 31 octobre 1989
    United States Patent 4,877,027 Brunkan Oct. 31, 1989
    Brevet US 5,159,703 : Procédé pour effectuer des présentations subliminales silencieuses: ”Silent subliminal presentation system”, brevet accordé par l’Office des brevets américains
    United States Patent n° 5,159,703
    Lowery 27 octobre 1992
    Brevet US 5,213,562 : Méthode pour induire des états de conscience mentaux, émotionnels et physiques, ainsi qu’une activité mentale spécifique chez les êtres humains .
    United States Patent n° 5,213,562
    Monroe 25 mai 1993
    Méthode et dispositif pour induire les états de conscience souhaités, brevet accordé par l’Office des brevets américains
    United States Patent n° 5,356,368
    Monroe 18 octobre 1994

  1. No trackbacks yet.
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :