Accueil > Non classé > « Petits Blancs » contre bobos, la nouvelle lutte des classes ?

« Petits Blancs » contre bobos, la nouvelle lutte des classes ?

13 février 2014

ImageDEBAT : A l’occasion de la sortie de La République bobo, un essai original et enlevé de Thomas Legrand, nous avons confronté sa vision à celle d’Aymeric Patricot, auteur il y a quelques semaines d’un livre qui a fait mouche, Les petits Blancs.

Thomas Legrand est éditorialiste politique à France Inter. Il habite dans une surface atypique au coeur d’un quartier mixte aux portes de Paris. Aymeric Patricot est un écrivain français. Il nourrit son oeuvre de son expérience de professeur en banlieue difficile. A priori, il ne brunche pas rue Montorgueil…

Vos deux livres, «la République bobo» et les «petits Blancs», décrivent deux visages de la France très différents et semblent se répondre. Mais qui sont vraiment «ces petits Blancs» et «ces bobos» que vous dépeignez? Comment les définiriez-vous?

Aymeric Patricot: «Les petit Blancs» sont des Blancs pauvres qui prennent conscience de leur couleur dans un contexte de métissage. Il y a 10 ou 20 ans, ils ne se posaient pas la question de leur appartenance ethnique car ils habitaient dans des quartiers où ils étaient majoritaires. Ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui.

A tort ou à raison, les petits Blancs ont le sentiment qu’ils sont regardés comme des « beaufs » par les bobos.

Certains votent à l’extrême gauche, d’autres basculent à l’extrême droite. Mais ce qui définit les petits Blancs politiquement, c’est souvent l’abstention. La plupart d’entre eux ne se sentent plus appartenir au «système» et expriment parfois de la rancœur à l’égard des minorités ethniques, par lesquelles ils se sentent menacés. Cependant, leur principale source de ressentiment reste dirigée contre les bobos qu’ils accusent d’exprimer du mépris de classe à leur égard. A tort ou à raison, les petits Blancs ont le sentiment qu’ils sont regardés comme des «beaufs» par les bobos. Il y a aussi une fracture d’ordre raciale: le petit Blanc est celui qui n’a pas les moyens de quitter les quartiers très métissés et qui souffre du métissage alors que le bobo peut vivre dans des quartiers populaires, mais a des stratégies d’évitement face aux situations les plus critiques.

Thomas Legrand: Les bobos constituent une partie de la population pour qui le capital culturel à plus d’importance que le capital économique. Le premier est souvent très élevé, tandis que le second est très variable. Le bobo peut être aussi bien un travailleur social doté d’une maîtrise de sociologie, qu’un webmaster qui gagne 10 000 euros par mois. La principale force du bobo est d’être en phase avec la mondialisation, avec la société, et aussi, contrairement au petit Blanc, avec la représentation du monde qu’il voit à la télévision.

Le bobo n’ira jamais habiter dans une cité du 9.3. !

La différence entre le bobo et le petit Blanc, c’est aussi effectivement le fait que le bobo peut choisir où il habite. S’il n’a pas beaucoup d’argent, il peut aller habiter dans des quartiers où il y a une importante mixité, mais il n’ira jamais habiter dans une cité du 9.3.! Et ce faisant, il va créer une mixité qui est selon moi bénéfique pour la société. D’ailleurs dans les quartiers où les bobos sont implantés, le Front national est très peu représenté. Les gens se connaissent et s’apprécient. Tout n’est pas rose, mais le bobo essaie d’inventer une nouvelle manière de vivre ensemble. Il est vrai que pour lui, le petit blanc qui vit dans la France périurbaine est un peu «un beauf». C’est l’un des aspects négatifs du bobo qui est assez content de lui, il faut bien le dire!

Libéraux sur le plan économique aussi bien que sur les questions de société, les bobos, qui habitent les centres-villes apparaissent comme l’exact opposés des «petits Blancs», souvent conservateurs sur le plan sociétal, relégués à la périphérie, et souffrant des conséquences de la mondialisation. Est-ce vraiment le cas? Est-il opportun de les opposer?

Thomas Legrand: Lorsqu’on lit les témoignages qui sont rapportés dans le livre d’Aymeric Patricot, on s’aperçoit qu’il y a effectivement deux mondes. Lorsque le bobo s’intéresse aux circuits courts et à l’environnement, le petit Blanc prend ça comme une trahison et une violence. Il ne peut pas le comprendre. Néanmoins, la dernière enquête du CEVIPOF sur les fractures françaises, qui a intégré les travaux de Christophe Guilluy, nous permet de nuancer. Plus qu’entre bobos et petits Blancs, les vraies différences se situent entre riches et pauvres. L’appartenance culturelle ou ethnique compte moins que l’appartenance sociale.

Le mariage gay n’est pas le problème du petit Blanc. Pour lui, c’est un débat de riches. Il veut du travail et s’agace que la gauche ne paraisse s’intéresser qu’aux homosexuels et aux minorités ethniques.

Aymeric Patricot: D’un point de vue économique, le petit Blanc n’est effectivement pas très libéral car il a le sentiment de perdre son travail à cause de la concurrence mondialisée. Si le bobo aime la mondialisation, le petit blanc en souffre et s’en sent exclu. Il y a aussi la question des études qui peuvent coûter cher. J’ai de plus en plus d’élèves qui sont obligés de travailler pour financer leurs études. Le petit Blanc aimerait lui aussi être connecté, mais ne le peut pas toujours et en conçoit du ressentiment. D’autant plus que contrairement aux immigrés, on ne lui reconnaît pas d’excuse pour ses échecs. Sur le plan sociétal, j’ignore s’il est réellement conservateur. Je crois que le mariage gay n’est pas son problème. Pour lui, c’est un débat de riches. Il veut du travail et s’agace que la gauche ne paraisse s’intéresser qu’aux homosexuels et aux minorités ethniques.

La question du style est également importante. Je suis prof de banlieue et j’ai des élèves qui se considèrent comme petits Blancs. Ce sont de bons élèves qui ont un capital culturel important, mais ils portent des t-shirts larges, boivent de la Kronenbourg et sont agacés par le snobisme des bobos. Il y a une esthétique «White trash» qui n’est pas celle du bobo. Renaud, ancien petit Blanc qui se moque des bobos, incarne à son corps défendant l’archétype du petit Blanc précisément récupéré par les bobos

Les bobos ont inventé le covoiturage, les jardins partagés et poussé les maires de grandes villes à aménager celles-ci autrement, y compris les villes de droite comme à Bordeaux avec Alain Juppé.

Dans votre livre Thomas Legrand, vous expliquez que les bobos ont également contribué à «redynamiser le vivre ensemble». En quoi ont-ils pu créer du lien social?

Thomas Legrand: Le bobo représente une catégorie de la population qui veut bien aller habiter dans des endroits où il n’est pas forcément majoritaire. Il aime bien la culture populaire, l’altérité et les mélanges. Les bobos ont inventé le covoiturage, les jardins partagés et poussé les maires de grandes villes à aménager celles-ci autrement, y compris les villes de droite comme à Bordeaux avec Alain Juppé. Ils sont favorables à la construction de logements sociaux dans les quartiers chics, très actifs dans la vie de la commune, et très attentifs à tout ce qui est social. Les bobos sont paradoxalement à la fois hédonistes et altruistes. Un quartier de bobos se reconnaît au fait qu’il y a beaucoup de boucherie et de fromagers. Le bobo permet ainsi à de nombreux artisans de s’enrichir autour de lui. Enfin, contrairement à une idée reçue, les bobos ne sont pas toujours opposés à la mixité scolaire. Doninique Voynet explique que des bobos à Montreuil se sont réunis à 20 dans une école difficile pour y inscrire leurs enfants. Cela a permis de sauver des classes… Il faut parfois qu’y ait une dose de bobos blancs pour que la mixité soit respectée. En revanche, il est vrai que le bobo, très à l’aise dans la mondialisation ou à l’échelle locale, comprend moins bien l’échelon national envers lequel il a une méfiance politique

Les classes populaires semblent pourtant disparaître des grandes villes. Dans son livre, «Paris sans le peuple», la sociologue Anne Clerval refuse d’employer le terme bobo qu’elle considère comme un «mot piège» préférant celui de bourgeoisie ou de gentrificateurs. «La mixité sociale souvent lue comme un mélange culturel, est très valorisée par les gentrificateurs même s’ils la pratiquent peu dans les faits» explique-t-elle. Derrière l’apparence de l’ouverture, la boboitude n’est-elle pas en fait le nouveau visage de la classe dominante?

N’y a-t-il pas malgré tout une forme d’hypocrisie avec le digicode ? Les bobos aiment la diversité sans reconnaître que celle-ci pose parfois problème !

Thomas Legrand: La classe bobo est dominante dans le sens où elle est active et où elle est aux manettes de tout ce qui montre le monde. En revanche, elle n’est pas forcément dominante sur le plan économique. Anne Clerval, qui a une vision très marxiste, considère que la mixité n’existe pas. Et lorsqu’elle la constate, elle considère que ce n’est pas une bonne chose. Les sociologues marxistes parlent du retrait résidentiel des bobos et leur reprochent de mettre des digicodes. Mais les bobos ont tout de même le droit de ne pas se faire cambrioler! Et s’ils ne mettaient pas de digicode, la droite les traiterait d’angélistes!

Aymeric Patricot: N’y a-t-il pas malgré tout une forme d’hypocrisie avec le digicode? Les bobos aiment la diversité sans reconnaître que celle-ci pose parfois problème! Les petits Blancs reprochent d’ailleurs aux bobos de leur faire la morale et de ne pas s’appliquer les principes qu’ils prônent. Enfin, il n’est pas toujours vrai que plus il y a de mélange, moins il y a de tension. Je pense par exemple à une société comme le Brésil qui est à la fois très hétérogène et très violente.

En poussant les classes populaires dans les zones périphériques et en employant des sans-papiers par solidarité intéressée, les bobos participent tout de même à l’organisation d’une société inégalitaire qui les arrange… Peut-on aller jusqu’à parler de nouvelle lutte des classes?

Thomas Legrand: La gauche marxiste considère ainsi les bobos comme une nouvelle bourgeoisie qui prend les atours du progressisme. Il est vrai que dans bobo, il y a bien « bourgeois ».

Lorsqu’on défend la mixité c’est qu’on accepte les inégalités. Lorsqu’on refuse l’idée d’inégalité, comme la gauche radicale, on ne défend pas la mixité sociale, mais la lutte des classes. La gauche marxiste considère ainsi les bobos comme une nouvelle bourgeoisie qui prend les atours du progressisme. Il est vrai que dans bobo, il y a bien «bourgeois».

Aymeric Patricot: L’extrême droite fait exactement le même reproche au bobo, mais en terme d’inégalité raciale.

Aymeric Patricot, pourquoi préférez-vous le terme de «petits blancs» à celui de classes populaires. Est-on en train d’assister à une ethnicisation des rapports sociaux?

Les petits Blancs sont situés dans ce qu’on pourrait appeler « l’angle mort de la sociologie politique ». Ils intéressent moyennement la gauche parce qu’ils sont blancs et moyennement la droite parce qu’ils sont pauvres.

Aymeric Patricot: Je ne renie bien sûr pas le terme de «classes populaires». Cependant j’utilise le terme de «petit Blanc» car je n’évoque pas seulement les pauvres, mais aussi la question raciale qui est réapparu depuis les années 2000 avec les émeutes de 2005, le débat autour de la discrimination positive ou encore le fait que les minorités s’organisent en associations. Certains politiques ne raisonnent qu’en termes sociaux, d’autres qu’en termes raciaux. Je crois, au contraire, que les deux questions sont désormais mêlées. Les petits Blancs sont situés dans ce qu’on pourrait appeler «l’angle mort de la sociologie politique. Ils intéressent moyennement la gauche parce qu’ils sont blancs et moyennement la droite parce qu’ils sont pauvres.

Thomas Legrand: Notre République ne reconnaît pas les races, ni les ethnies, mais reconnaît paradoxalement le racisme. La République laïque et non raciale est un bien commun, mais il ne faut pas être hypocrite lorsqu’on aborde ces questions.

Par leur fascination pour le métissage et leur refus de voir les conséquences parfois néfastes de l’immigration, les bobos sont-ils en partie responsable du sentiment d’insécurité culturelle qui taraude les classes populaires?

Aymeric Patricot: Je répondrais par une anecdote, j’ai rencontré une jeune fille qui était la seule blanche de sa classe en seconde et qui m’a dit être tombée en dépression. Tous les profs demandaient en début d’année à chaque élève d’où ils venaient. La jeune fille avait le sentiment d’être nulle et s’est inventée des origines pour ne pas se sentir exclue. Cela traduit bien l’angoisse du petit Blanc qui se sent menacé et qui n’arrive pas à vivre les bouleversements ethniques récents de manière apaisée.

Le petit blanc ne se sent pas aimé des autres blancs plus aisés. Il se dit: «En face de moi, il y a des minorités soudées, tandis que moi je ne suis pas aidé par le bourgeois ou le bobo.» Il n’y a pas de solidarité ethnique entre Blancs puisque le bobo considère qu’il ne faut pas parler de race.

Le bobo a du mal à le reconnaître et se demande s’il n’est pas en train de devenir raciste.

Thomas Legrand: Le bobo a du mal à comprendre la question du racisme anti-blanc qui est une réalité dans certaines banlieues. Mais en ce moment, il y a une véritable tempête sous son crâne. Pour le bobo, le réac, le méchant n’est plus tellement le bourgeois traditionnel avec lequel il ne vit plus, bien qu’il n’aime pas tellement le voir manifester sous ses fenêtres contre le mariage gay, mais plutôt le barbu, le petit caïd qui traite sa femme et ses enfants en bon macho. Le bobo a du mal à le reconnaître et se demande s’il n’est pas en train de devenir raciste. La laïcité et la République lui permettent heureusement de se sauver lui-même et de gueuler contre le barbu sans avoir trop mauvaise conscience!

Malgré leurs différences, la «République bobo» et la «France périphérique» peuvent-elles se réconcilier ou une partie du peuple est-elle en train de faire sécession?

Thomas Legrand: A partir du moment où le bobo est une population en phase avec la mondialisation et en phase avec le mélange, il peut très bien vivre avec des gens venant de tous les horizons du moment qu’ il ne se sent pas trop minoritaire. Ce sont des équilibres très difficiles à trouver et les politiques d’aménagements publics, de transport et de logement, auront une importance de plus en plus capitale à l’avenir.

Aymeric Patricot: On peut éviter la fracture définitive, mais à condition qu’il y ait une parole libre autour de ces sujets. La notion de «white flag» est peu évoquée en France. Il s’agit du fait que dans les quartiers qui se métissent fortement, les blancs qui sentent qu’ils vont devenir minoritaires partent. C’est ce qui s’est passé aux États-Unis à Detroit lorsque la ville a chancelé économiquement et c’est un phénomène qui pourrait se développer en France.

 

[1] Alexandre Devecchio, Journaliste au FigaroVox, Figaro.fr, 13.02.2014.

 

Georges Vignaux

Publicités
Catégories :Non classé
%d blogueurs aiment cette page :