Accueil > Sectes, Société > Soldats de Jésus

Soldats de Jésus

24 février 2014

Après avoir fortement investi le reste du continent américain, la vague évangélique déferle finalement sur le Québec. Et son succès est aussi rapide que fulgurant ! (Photo : © Radio-Canada)

Après avoir fortement investi le reste du continent américain, la vague évangélique déferle finalement sur le Québec. Et son succès est aussi rapide que fulgurant !
(Photo : © Radio-Canada)

Dans la semaine du 17 février, la télévision de Radio-Canada, dans le cadre de son émission Zone Doc, a diffusé un court documentaire intitulé Les soldats de Jésus. Ce ne fut pas seulement pour moi une surprise, mais une stupéfaction. Je fais partie de cette génération qui, au début des années 1970, au Québec, a jeté le bébé de la religion catholique avec l’eau du bain. J’avais pour idée que le Québec s’était libéré de la servitude religieuse et avait fermement commencé sa démarche vers la raison. Les églises, depuis le début des années 1990, ne ferment-elles pas à la vitesse grand V ? Comme le souligne l’entrée en matière du documentaire : « Après avoir fortement investi le reste du continent américain, la vague évangélique déferle finalement sur le Québec. Et son succès est aussi rapide que fulgurant! […] Quelles sont les principales raisons du succès de ce mouvement religieux qui, de nos jours, connaît la croissance la plus rapide au monde? Quelles en sont les pratiques et la philosophie? Pour mieux comprendre, nous avons suivi un pasteur, un fidèle et un missionnaire, en plus d’un spécialiste des religions. Alors, les évangéliques profitent-ils du renouveau spirituel qui a cours à l’heure actuelle? Du douloureux passé de beaucoup de Québécois avec le catholicisme? Chose certaine, ils sont là, sinon pour rester, du moins pour bien des décennies, avec leur christianisme tantôt ouvert d’esprit, quant à l’ordination des femmes ou à l’accueil des immigrés, tantôt d’un conservatisme étonnant, sur des sujets sensibles comme l’homosexualité et l’avortement. Écoutons-les pour mieux voir où ils veulent nous emmener… »

En fait, ce que j’ai ressenti tout au cours du visionnement de cette émission, c’est un profond malaise. Jamais je n’aurais imaginé que l’asservissement religieux puisse refaire surface d’une telle façon au Québec. Des jeunes gens, entre 25 et 30 ans, adhèrent aux lubies de l’Église Évangélique. Un jeune homme, en couple, se dit un soldat de Jésus. Il affirme avec conviction qu’il doit combattre l’avortement et l’euthanasie, qui sont des manifestations du mal. Il va même plus loin en affirmant que, si son épouse était violée et se retrouvait enceinte, il refuserait que celle-ci se tourne vers l’avortement. Dans le comté de Mascouche-Terrebonne, des Évangélistes ont racheté une ancienne église catholique. Ils y tiennent des écoles du dimanche, entendre des séances d’endoctrinement pour différents groupes d’âge : 4 à 9 ans, 10 à 15 ans et ainsi de suite. Une jeune femme, membre de cette Église évangélique et également membre de l’équipe canadienne olympique de nage synchronisée, demande à sa co-équipière, au début de chaque compétition, de prier avec elle pour que tout se passe bien. Soit la jeune femme est totalement endoctrinée, soit elle ne peut voir ou comprendre que, prier Dieu pour gagner, c’est aussi demander à Dieu de faire échouer les autres compétiteurs. Modèle de charité chrétienne…

Le Siècle des Lumières voulait éclairer l’homme par la connaissance et la raison et non par une vérité révélée par un quelconque Dieu. Pendant que les québécois débattent à propos de bouts de chiffons que portent les femmes musulmanes, ils devraient plutôt s’inquiéter de ce retour à la vérité révélée parmi les québécois de souche. Certes, la charte canadienne prévoit la liberté de pratique religieuse, mais une chose apparaît clairement : non seulement la révolution du Siècle des Lumières reste-t-elle à faire, mais elle doit être une vigilance de tous les instants.

© Pierre Fraser, 2014

Publicités
Catégories :Sectes, Société Étiquettes : ,
  1. Christopho
    26 février 2014 à 18 h 53 min

    1.
    « Le Siècle des Lumières voulait éclairer l’homme par la connaissance et la raison et non par une vérité révélée par un quelconque Dieu »

    Savez-vous que c’est à partir d’un argument théologique que John Locke a lutté contre la main mise des parents sur les enfants ? Le père avait un droit de vie et de mort sur sa progéniture, considérant cette dernière comme sa propriété du fait de sa semence paternelle ; en d’autres contrées, la mère considère l’enfant comme une partie de sa chair sur laquelle elle a des droits similaires. Si vous êtes un doctorant, vous trouverez sans difficulté la source et les harmoniques qui s’y rattachent dès la philosophie antique. Votre quelconque dieu, je n’y crois pas, mais le Dieu qui libère l’humanité d’elle-même, heureusement qu’il Est.

    2.
    Question :
    « prier (…) pour que tout se passe bien » = « prier Dieu pour gagner » ?

    Donc pour vous « que tout se passe bien » revient à être vainqueur ? Je vois que vous êtes déconnecté du texte biblique vétéro et néo testamentaire, même au simple niveau herméneutique.

    3.
    « Ces recherches enrichissent ma vie et j’espère qu’il en sera de même pour vous !  »

    J’espère avant tout qu’elles vont enrichir l’humanité. A ce moment là peut-être toucheront-elle aussi autrui. La charité chrétienne n’aurait jamais écrit un commentaire aussi tourné sur l’ego.

  1. No trackbacks yet.
Commentaires fermés
%d blogueurs aiment cette page :