Accueil > Société, Technologies > Ce que l’année 2013 nous a appris sur le genre humain

Ce que l’année 2013 nous a appris sur le genre humain

6 mars 2014

Choisir l'escalator plutôt que les escaliers ou manger du sucre plutôt que des légumes répondrait en fait à une nécessité d'évolution consistant à économiser de l'énergie.

Choisir l’escalator plutôt que les escaliers ou manger du sucre plutôt que des légumes répondrait en fait à une nécessité d’évolution consistant à économiser de l’énergie.

L’année 2013 a été jalonnée de nombreuses études psychologiques, sociologiques et scientifiques qui nous ont permis de mieux comprendre l’animal le plus complexe de l’histoire de la création : l’Homme. Mais que devons-nous retenir de cette jungle de découvertes parfois exceptionnelles et inattendues ?

Les hormones influencent l’attraction humaine

Une étude a constaté que les femmes ont tendance à avoir une libido plus développée au moment où elles sont le plus fécondes. Une autre étude, publiée en mars dans la revue Psychoneuroendocrinology, montre que les femmes qui prennent la pilule préfèrent les hommes aux visages moins masculins. Une troisième étude a, quant à elle, révélé que les femmes qui connaissent un pic de fécondité sont attirées par l’odeur des hommes virils, issue de « la testostérone riche ». Les grands romantiques qui estiment que l’attraction humaine n’est pas seulement régie par la biologie ont donc dû être déçus. Qu’ils se rassurent : les scientifiques sont encore loin d’avoir compris l’importance exacte des hormones dans ce domaine.

Le Français n’a pas de caractéristique physique particulière

Le graphiste Nickolay Lamm a mené une étude sur les caractéristiques des habitants de plusieurs pays. Il en ressort que le Français est une personne « moyenne ». Taille moyenne, tour de taille moyen, poids et, de facto, IMC moyens, les Français ne sont donc jamais les plus petits ni les plus grands, les plus lourds ni les plus légers. Le Français moyen a donc un IMC de 25,6 ; un tour de taille de 92,3 et une taille de 1,74m.

Les psychopathes ressentent de l’empathie et ressemblent beaucoup aux héros

Non, les psychopathes ne sont pas que des âmes cruelles, manipulatrices et dénuées d’empathie. Des recherches menées sur l’imagerie cérébrale de ces personnes lorsqu’elles regardent d’autres gens souffrir. Le résultat a démontré que les psychopathes faisaient alors preuve d’empathie. Il semble toutefois qu’ils puissent la maîtriser et choisir de la « mettre en marche » ou non. Une autre étude concernant les psychopathes a mis en avant que leur tendance manipulatrice peut être avantageuse dans certaines situations. Une troisième souligne une ressemblance entre les psychopathes et les « héros ». Ils seraient en effet aussi intrépides les uns que les autres. Les psychopathes auraient également un côté altruiste, atténuant leurs caractéristiques, et de nombreux héros auraient un mauvais côté.

Les bébés naissent avec une conscience

On ne connait pas grand-chose de la conscience. Une étude a toutefois pu établir que les nourrissons peuvent éprouver des sentiments liés à leur conscience dès l’âge de cinq mois. En équipant les bébés d’électrodes, les scientifiques ont pu détecter des signes d’activité électrique qui prouvaient qu’ils étaient conscients de ce qu’ils voyaient. Une deuxième étude a révélé que la naissance déclenche le développement du système sensoriel du cerveau.

Le cerveau des hommes et des femmes ne sont pas câblés de la même manière (enfin, peut-être)

Les hommes et les femmes ne pensent pas toujours de la même manière. Une situation qui intrigue et qui a poussé des chercheurs à se pencher sur le problème. Une étude suggère ainsi que le cerveau masculin serait câblé différemment du cerveau féminin. Les résultats sont toutefois tempérés par les auteurs de ces travaux : ce qu’ils ont obtenu pourrait être totalement différent s’ils menaient leur recherche sur d’autres personnes. Cette découverte doit donc être prise avec des pincettes et la recherche doit être poursuivie.

Nos instincts d’homme des cavernes n’ont pas disparu

Certes, l’Homme a beaucoup évolué depuis l’époque où il était vêtu de peaux de bêtes et où il grognait pour s’exprimer. Mais les instincts de l’homme préhistorique n’ont pas totalement disparu. Selon le biologiste évolutionniste Jason Lieberman, qui s’exprimait à l’American Museum of Natural History, les humains auraient évolué pour devenir des bipèdes suants, graisseux et sans pelage (!) Choisir l’escalator plutôt que les escaliers ou manger du sucre plutôt que des légumes répondrait en fait à une nécessité d’évolution consistant à économiser de l’énergie. Un must pour nos ancêtres. Une bonne excuse pour s’empiffrer mais une mauvaise nouvelle (ou pas) pour les nutritionnistes et autres coachs sportifs.

On a ouvert la voie vers la possible guérison du Sida

Des chercheurs sont parvenus à détruire les virus cachés dans certaines cellules du système immunitaire, notamment les macrophages. Il est désormais possible de les en déloger grâce aux récents travaux de l’équipe du professeur Philippe Benaroch (laboratoire immunité et cancer, Inserm/Institut Curie à Paris). Grace à un anticorps, ces chercheurs ont réussi à empêcher la libération de ces virus. Un brevet français vient d’être déposé pour la molécule permettant d’y parvenir. C’est un espoir de venir définitivement à bout du HIV. Si cela est vérifié, c’est une véritable innovation qui rendrait possible d’envisager la guérison du Sida.

La politique détermine l’endroit où vous vivez

Selon une étude américaine publiée en décembre dernier, les Américains choisissent leur lieu de vie en fonction de leurs affinités politiques. Si l’on savait déjà que l’Amérique se divise clairement en deux catégories principales, les démocrates et les républicains, l’étude permet d’établir que les Américains sont plus susceptibles de se déplacer si les opinions politiques dominantes de la communauté où ils vivent ne correspondent pas aux leurs. Les chercheurs semblent considérer que ces mouvements sont probablement le fruit d’une volonté d’intégration. Reste à savoir si ce schéma américain s’applique aux autres populations. 

[1] Atlantico, 11.01.2014.


* Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/que-annee-2013-appris-genre-humain-949087.html#qSJm2pFlo862FZGI.99


Sélectionné par Georges Vignaux

Publicités
Catégories :Société, Technologies Étiquettes : ,
%d blogueurs aiment cette page :