Quand l’éducation nous évite de devenir des imbéciles

15 avril 2014

Ce sont des messages pour avertir nos politiciens qu’ils doivent s’en remettre à Dieu.

Ce sont des messages pour avertir nos politiciens qu’ils doivent s’en remettre à Dieu.

Avez-vous remarqué à quel point les tenants de l’efficacité nous citent souvent en exemple le modèle américain, tous domaines confondus ? C’est que les Américains dominent la planète, donc ils sont efficaces. Quel sophisme ! Et il est encore plus douteux lorsqu’il se révèle en éducation où les programmes les mieux financés sont ceux qui s’alignent directement sur le marché du travail, en fait, ceux que l’on technicise. Pour les humanités — philosophie, littérature, sociologie, linguistique, musique, théâtre, etc. — on repassera. D’une façon ou d’une autre, on se dit que ça ne sert pas à grand-chose.

Pire encore, on se dit que les gens qui lisent des essais, de la philosophie ou de la «grande» littérature font partie d’une élite qui n’a pas les deux pieds sur terre. Ils ne sont pas vraiment productifs comparativement à un médecin, un ingénieur, ou un administrateur. Ce qu’on oublie trop souvent, c’est que si on lisait plus souvent Socrate, Sénèque, Rousseau, Voltaire, Kant, Popper et bien d’autres, on s’ouvrirait sur le monde en évitant de prononcer des inepties comme l’a fait Michele Bachmann (candidate supposée à la présidence américaine) : « L’ouragan Irène et le tremblement de terre survenus sur la Côte Est américaine sont des messages de Dieu pour avertir nos politiciens qu’ils doivent s’en remettre à la guidance divine, laquelle est canalisée à travers des gouvernements conservateurs réduits en taille. » C’est à ça que sert l’éducation : éviter de devenir un imbécile !

© Pierre Fraser, 2014

Publicités
  1. 17 avril 2014 à 6 h 52 min

    A reblogué ceci sur Dire, c'est faireet a ajouté:
    Quel bel écho à l’image du Grand Fétiche de Michel Serres ! Là on est en pleine régression religieuse, en plein polythéisme… Merci à l’éducation, mais à l’heure du savoir connecté, dommage pour ceux qui ne se sentent pas condamnés à devenir intelligents.

  1. No trackbacks yet.
Les commentaires sont fermés.
%d blogueurs aiment cette page :