Accueil > Non classé > La folie : réalité ou construction sociale ?

La folie : réalité ou construction sociale ?

5 mai 2014

Image« Albert Dadas, employé d’une compagnie de gaz à Bordeaux dans les années 1880, souffrait d’un mal étrange. Un matin, le jeune homme quittait sa famille et son travail sans prévenir et partait sur la route, marchant droit devant lui pendant plusieurs jours. Lorsqu’on le retrouvait à 50 ou 100 kilomètres de là (souvent arrêté pour vagabondage), Albert semblait avoir tout oublié des motifs de son départ et de son identité. On le ramenait chez lui et il reprenait ses activités mais, quelques semaines plus tard, il récidivait. Paris, Nantes, Lyon…, Albert est même allé jusqu’en Russie et en Algérie au cours de ses périples. L’histoire serait restée sans suite si, à la même époque, d’autres cas semblables n’avaient été recensés : d’abord dans la région de Bordeaux, puis à Paris, et enfin dans l’Europe entière. Comme une épidémie, le mal s’est répandu.

 

« En 1887, on commence à parler, dans les milieux psychiatriques, d’une nouvelle maladie : « l’automatisme ambulatoire ». Les psychiatres s’interrogent sur les causes de ce trouble mental : forme d’hystérie, d’épilepsie latente avec perte de conscience, etc. Les spéculations vont bon train… Ian Hacking, philosophe des sciences et professeur au Collège de France, a consacré à cette maladie un beau livre, Les Fous voyageurs (1998). Ce syndrome fait partie de ces maladies mentales qui semblent n’avoir eu qu’une existence éphémère. Ce fut aussi le cas de la « grande hystérie », décrite par Jean Martin Charcot à la fin du XIXe siècle : ces jeunes femmes convulsives, qui entraient en transe, poussaient des cris, parlaient des langues inconnues.

 

« C’est le cas aussi du syndrome de la « personnalité multiple » apparu dans les années 1980-1990, exclusivement aux États-Unis. Ces maladies sont-elles des maladies « réelles » qui n’apparaîtraient que dans des circonstances données (sociales, historiques) ? »

 

Jean-François Dortier

 

Rapporté par Georges Vignaux

Publicités
Catégories :Non classé
%d blogueurs aiment cette page :