Accueil > Non classé > Perceptions parapsychologiques : une question d’hormones ?

Perceptions parapsychologiques : une question d’hormones ?

18 août 2014

Quel est le rôle joué par nos hormones sur nos pouvoirs paranormaux et en particulier nos perceptions parapsychiques comme l’intuition, les perceptions extrasensorielles, la télépathie…Un passage du livre « La Nouvelle parapsychologie : Une expérience métaphysique » de Wilfried-René Chettéoui donne une piste de recherche.
Descartes pensait que l’œil pinéal (encore appelé parfois « troisième oeil ») était le point de rencontre du corps et de l’esprit. On sait depuis la découverte de Julius Axelrod et Herbert Weisbach qu’elle est une endocrine fabriquant la mélatonine a partir d’une subtance chimique, la sérotonine 5-HT ou la 5-hydroxytryptamine transformée par une enzyme. Le cerveau avec 1 % de sérotonine en contient beaucoup plus que n’importe quel animal à l’exclusion du singe résus. Or, la sérotonine est entre autres l’hormone de la rationalité qui tend à faire passer au second plan la réceptivité et l’aptitude virtuelle à la télépathie. C’est ce qui fut expliqué au colloque sur « Parapsychologie et Pharmacologie » qui fut organisé en 1958 à Saint Paul de Vence par le médium disparu, Eileen I. Garret. Ce colloque a eu pour tâche de réunir des contributions portant sur le lien entre parapsychologie et chimie de l’organisme.
L’expérience parapsychologique est souvent liée aux ascèses. Un entraînement systématique peut développer des manifestations paranormales. Le propre de ces pratiques est de contrarier les effets de la mélatonine. Un certain nombre de substances et en particulier la mescaline diminue la sécrétion de cette hormone et occasionne un dangereux état de réceptivité. Elle inhibe l’énerie vitale, augmentant la sensibilité et rend terriblement vulnérable

D’après http://www.amazon.fr/La-Nouvelle-parapsychologie-exp%C3%A9rience-m%C3%A9taphysique/dp/B0014KGQU8

 Georges Vignaux

Publicités
Catégories :Non classé
%d blogueurs aiment cette page :